Audesud Vacances : séjours enfants

Mis à jour le 16-11-2017

Version FrançaiseEnglish Version avaible soon

La Charte Educative d'Audesud Vacances

 

 

Audesud Vacances place son activité dans le champ de l'action éducative. Elle se mobilise pour mettre en place des séjours de qualité. Celle ci ne se décrète pas si elle n'est pas nommée. Ce document a pour but de présenter les Valeurs Fondatrices de l'Association sur sa vision de l'action éducative. Cinq mots fédèrent notre mouvement : Vacances, Enfants, Adultes, Apprendre et Laïcité, nous en présentons sommairement nos idées. Et nous voulons aussi faire apparaître nos exigences dans le choix d'être une association et dans l'application éducative de nos valeurs.


I - Valeurs Éducatives

Une valeur éducative renvoi à l’élément essentiel de notre idéologie. Il n’est jamais évident de résumer une pensée en quelques lignes. Elle résume cependant une conviction forte qui ne peut se négocier sans perturber l’essence même de l’association. Elle n’est en rien un dogme ou une confession de foi mais bien un repère fort pour ne pas s’oublier dans les travers de nos difficultés.


1 - Vacances

Le temps des vacances est un temps attendu par l’enfant. Il est comme un moment qui le coupe de son quotidien scolaire, rempli de contraintes et de devoir. Partir en séjour de vacances rajoute un autre élément; celui de s’émanciper de sa vie de famille. La construction identitaire passe par la création d’un espace nouveau pour soi et à soi, un «temps libéré», pour le dire autrement un temps de vacances. Il y a là une nécessité d’avoir une séparation entre le temps scolaire et familial qui permet d’essayer à être quelqu’un d’autre. Nous sommes pour une complémentarité des temps éducatifs. De part son action Audesud Vacances est dans cette lignée. Des vacances pour prendre le temps de comprendre le monde, des vacances pour apprendre et vivre la liberté.

Le projet éducatif d’Audesud Vacances ne se résume pas à un document écrit. Le projet doit se vivre au quotidien. Les actions éducatives aux travers des activités mises en place sont présentes tout au long de la journée. Sans être naïf sur le fait que la dominante crée l’envie de partir sur nos séjours, nous savons que la qualité du séjour se structure sur la vie du groupe et son climat de bienveillance. Nous avons un regard et une préoccupation globale de la journée de l’enfant.

Nos actions proposent à l’enfant de partir de chez lui, de couper de son quotidien pour se découvrir et découvrir l’autre. Nous sommes pour une notion de projet qui prend en compte le présent. Nous ne sommes pas en accord avec les programmes d’activités ou les plannings préétablis qui oublient de prendre en compte ce présent. Le programme doit prendre en compte aussi l’enfant, il a son mot à dire. Nous permettons parfois de faire vivre une notion de vacances que nous-même nous ne supporterions pas. Nous sommes pour associer les enfants dans l'organisation du séjour. Il faut apprendre à l’enfant à faire et assumer ses choix. Cela porte un nom, l’autonomie. Cela repose sur une idée, celle de la liberté. De profiter des vacances loin de sa famille et de son école pour s’essayer de passer d’une liberté de principe de fait à une liberté réalisée, à du concret. Pour nous la liberté s’inscrit dans un cadre, une liberté sans limite est un leurre et ne vise que l’aliénation. Un cadre adapté à l’enfant se réfléchit avant l’arrivée du séjour. Il se pose et se construit une fois les enfants présents.

 

2 - Enfants

L’enfant est porteur de potentiel avéré. Pour faire grandir une personne, il faut d’abord se poser la question sur ses capacités. Il faut s’appuyer sur ses compétences pour faire ensemble ce petit pas supplémentaire dans ses apprentissages. Il est important de pouvoir reconnaître chez l’individu ses capacités d’action et de réflexion, son envie d’apprendre et de progresser.

Il n’ est pas évident pour un enfant de grandir dans un climat malveillant, à ne regarder que les aspects négatifs de sa personne. La bienveillance est de mise dans notre rapport à lui. Agir pour son bien. Si l’enfant est porteur de son cadre de vie, il ne peut que le respecter et s’épanouir. Il faut bien souvent déshabituer l’enfant à son quotidien stigmatisant. Notre volonté est là, l’enfant n’est pas un petit homme mais bien juste un enfant, un adulte en devenir.

Sur nos séjours, il y a l’enfant et les enfants. Personne ne se définit sans les autres. On existe par et pour soi-même mais dans un milieu donné. Les règles de vie collective se construisent avec l’enfant et le groupe. Le milieu de vie a un rôle prédominant dans la construction de l’enfant. Le potentiel de l’enfant s’exprime dans un espace collectif pensé pour lui. Lui permettant ainsi de développer ses capacités.


3 - Adultes

Pour Audesud Vacances, il n’y a pas d’acte éducatif sans la présence de l’adulte. Il est le passeur, le guide pour aider l’enfant à s’inscrire dans son réel et l’amener à devenir l’adulte qui souhaite devenir. Que l'on soit à l’animation, à la direction ou encore dans les services techniques. L’enfant n’a pas d’autre choix que de s’inspirer des adultes qui l’entourent. Nous sommes tous des références possibles pour l’enfant, une référence positive. Positive dans le sens d’une personne bienveillante.

Il n’y a pas d’éducation sans présence d’adulte. Les seuls pouvant transmettre les codes et les traditions d’une société en mouvement, les seuls pouvant aussi donner les moyens de dépasser ces mêmes codes et traditions; c'est l’adulte. L’enfant cherchera à transgresser, à contourner les cadres posés. Il en est ainsi depuis la nuit de temps. Sans cette tension l’acte éducatif n’existe pas. La prise de risque doit être calculée et mesurée car sans elle, aucun apprentissage ne serait possible. Cela nous renvoie à nos projets et nos fonctionnements. La relation avec l’enfant doit s’inscrire dans l’envie de faire et de vivre ensemble ce cadre. La légitimité d’agir sur l’éducation de l’enfant passe par l’enfant lui-même. Nous devons être crédibles à ses yeux pour qu’il accepte de nous écouter. Il ne faut pas confondre autorité et autoritarisme.

Nous ne sommes pas pour la stigmatisation des personnes. Nous reprendrons la formule de Fernand Deligny1, «Si tu coupes la langue à qui a menti et la main à celui qui a volé tu seras, en quelques, maître d’un petit peuple de muets et de manchots». Je ne pense pas que nous soyons porteurs d’une société à l’image de cette relation dite d’autorité. La sanction se doit d'être éducative et doit s’inscrire dans la réparation de l’acte. L’autorité s’acquiert par la reconnaissance de l’autre. L’autorité passe pour nous par l’activité. L’activité est un moyen pour accéder à l’enfant et non la finalité de l’acte éducatif. La légitimité s’acquiert non seulement sur le statut qu’on occupe, animateur, directeur ou autres mais surtout voir avant tout sur les qualités humaines que nous possédons. La compétence d’un animateur ne se mesure pas au nombre de jeux qu’il connaît mais plus sur la qualité des relations qu’il met en place. Les adultes ont une responsabilité éducative envers les enfants et la société. La responsabilité renvoie au fait d’assumer et de rendre des comptes à une autorité extérieure qui s’appuie sur les choix effectués en toute conscience. Cela passe pour nous par une cohérence entre le projet de la structure et le fonctionnement mis en place. Cela passe par une convergence de l’ensemble des adultes par un travail en équipe réel et effectif.


4 – Apprendre

Il pourrait apparaître incongru que de retrouver ce mot dans une telle charte. Pas pour nous, il nous semble essentiel que de se poser la question de l’apprentissage dans toute relation éducative. A quoi bon réfléchir sur nos actions si cela n’est pas pour impacter la vie des enfants. Nos séjours doivent servir à la construction de l’adulte en devenir. Nous voulons faire vivre une expérience qui servira de base pour l’enfant. Les projets pédagogiques doivent être construits dans ce but. Cependant, il faut comprendre que la construction du savoir appartient à l’enfant. Si l’enfant n’a pas envie de nous écouter, il ne fera pas l’effort de vouloir avancer. Chacun apprend s’il en a envie. Tout apport doit s’ancrer dans le réel de l’enfant. Pour être admis, un savoir doit être ressenti par l’enfant comme utile. L’enfant vit au présent. Le futur est une notion floue pour beaucoup d’entre eux. Il nous faut connaître chaque enfant car il n'est peut-être pas en mesure de nous entendre. Soit car il n'en est pas encore là, soit car son histoire de vie parasite cet apprentissage. Chaque individu possède trois zones d’apprentissages. La première renvoie aux choses que l’enfant sait faire seul. La troisième est celle qu'il ne sait pas faire du tout. La deuxième est l’intermédiaire, celle qu’il pourrait faire éventuellement mais en étant accompagné. Nos projets pédagogiques doivent reprendre comme idée de lui apprendre à faire seul. Toute démarche pédagogique débute par savoir ce que l’enfant sait faire et ne sait pas faire. Tous nos séjours commencent par l’établissement de ce constat et laisser les enfants faire ce qu’ils savent faire, tout simplement. Nous introduisons ainsi l’idée que c’est par l’activité que l’apprentissage se réalise et cela dépasse la relation unilatérale adulte-enfant. Les adultes créent les conditions favorables pour que les enfants avancent, pour le dire autrement, il met en place un cadre global. L’apprentissage passe par le cadre de vie et la relation aux autres. Nous accordons de l’importance à la tenue de la structure en terme alimentaire, d’hygiène. Cela passe également dans la qualité du logement, des aménagements des espaces de vie. La vie du groupe et son climat influencent cette atmosphère bienveillante qui permet d’apprendre sur soi.

Pour Audesud vacance, le temps d’un séjour elle n’est qu’un souffle, un murmure pour un avenir. Nous ne demandons pas de résultat immédiat. Les seuls résultats que nous attendons se situent sur le déroulement du séjour lui-même. Il faut être confiant dans la proposition pédagogique qui vise l’écoute et la prise en compte de la parole de l’Enfant. Nous nous voulons bienveillants pour les enfants et dans l’idée d’émancipation à l’adulte.

5 - Laïcité

La laïcité est une valeur, un combat qui va au-delà d’une séparation des pratiques religieuses, excluant toute forme de prosélytisme. Elle est garante de la rencontre entre les communautés. Elle dépasse tous les principes identitaires religieux ou politiques. Promouvoir la laïcité comme élément fort du vivre ensemble n’est pas une chose évidente de tout temps. Toute pratique culturelle, tout mode de vie est issue d’une tradition religieuse voir politique. Nos séjours sont axés sur l’acceptation de l’autre dans sa différence. Cette différence est l’élément moteur pour faire avancer tout individu ainsi que toute société. Au-delà d’un principe de respect de l’intégrité de l’autre, nous devons obligatoirement travailler sur la tolérance envers l’autre. Nous ne pouvons agir dans l’éducation de l’autre en posant un regard malveillant sur la pratique de l’autre. Sa pratique m’intéresse mais elle ne peut en rien m’être imposée. Une bataille contre soi-même déjà en acceptant d’accueillir dans sa différence. La laïcité est une plate-forme de rencontres où se négocie ce vivre ensemble qui paraît si évident et pourtant si compliqué à des moments. Une laïcité qui vise l’inter-culturel et cela commence avec deux personnes. Il y a un enjeu fort que nos séjours doivent favoriser cette rencontre au sein du groupe d’enfants, avec les équipes d’encadrement mais aussi avec le voisin, la voisine, les habitants des villes et des villages. C’est par la découverte de l’autre que cette valeur passera. La culture sous toutes ses formes est un moyen incontournable pour inscrire l’enfant dans un futur. La rencontre de la différence et des ressemblances est comme un acte fondateur pour une société ouverte et éclairée.

La laïcité ne se décrète pas mais elle se vit dans sa complexité.


II - Modalité pour vivre ses valeurs

Il ne sert à rien de décréter des principes si nous ne donnons pas les moyens de les vivre. Il y a toujours des contradictions entre la volonté des personnes et les moyens mis en place. Cette étape vise à dépasser le stade des utopies pour entrer dans le réel. Elle impose à faire des choix. Aucune structure ne peut se revendiquer d’être à l’image de ses valeurs. Il y a et aura toujours la place à la contradiction. C’est grâce au décalage entre ces utopies et les principes de réalité que toute structure avance. Concilier les deux peut paraître complexe voir impossible mais cela nous oblige à faire des choix. Ces choix se définissent dans le cadre associatif et dans le cadre éducatif du projet qui décrit les modalités et explique les choix formulés. Les valeurs exprimées n’ont pas vocation à être négociées. Leur remise en cause appartient aux instances décisionnaires de l’association.


1- Un cadre Associatif à revendiquer

Un choix d’organisation : l’association. Audesud Vacances a choisi d’être une association à but non lucratif. Pour rappel, l’association s’inscrit dans la loi de 1901. C’est une volonté d’Audesud Vacances d’avoir choisi cette forme d’organisation pour se distinguer du monde économique. C’est le choix pour pouvoir agir de manière citoyenne et désintéressée d’un but lucratif. C’est inscrire l’homme au-delà d’une volonté marchande de son activité. Audesud Vacances est porteur de valeurs humanistes qui visent l’émancipation de l’homme et la valorisation de celui-ci au travers d'un engagement militant dans l’accueil collectif de mineurs sur le temps de vacances.

Une vocation inscrite dans le champ de l’Éducation Populaire. Audesud Vacances a la volonté de s’inscrire dans le champ de l’Éducation Populaire. Nous sommes en accord sur l’idée que le peuple pense pour son avenir en toute liberté de conscience. L’ Éducation Populaire depuis plus d’un siècle milite pour éduquer le peuple par le peuple. La forme associative est de fait un élément fort pour se situer dans ce courant. Le mode associatif donne la place à des personnes dans la société. Audesud Vacances n’est pas reconnue directement comme membre de l’Éducation Populaire. Cependant, notre fonctionnement et nos séjours sont en lien étroit avec les combats contre l’ignorance. La volonté de former les personnes, de leur donner une place, une écoute ainsi que de proposer des vacances éducatives pour les enfants.

Un travail en réseau

L’association est organisée sous forme de réseau. Cet ensemble de relations permet de porter une cohérence et une convergence des pratiques éducatives. Ainsi il est possible de centraliser les demandes pour unir et mutualiser les moyens nécessaires à notre projet. Il permet d’avoir un interlocuteur unique pour les partenaires institutionnels. Audesud Vacances n’est pas une fédération, ni une association unique. Elle a choisi d’être un collectif d’associations indépendantes entre-elles. Une forme particulière qui pose la question de la dépendance qu’elles ont entre elles et envers Audesud Vacances directement. Avoir une structure indépendante des intérêts individuels est un enjeu majeur pour l’association. Il nous apparaît important que les décisions ne soient pas tributaires des préoccupations économiques, sociales ou autre de ses membres «partenaires». L’intérêt collectif et non lucratif s’inscrit tout droit dans la forme associative choisie. Pour cela, l’indépendance financière est posée. Les séjours de l’association ne sont pas en concurrence mais bien en complémentarité permettant de développer de nouvelles pratiques et recherches pédagogiques.


2 – Un cadre Éducatif à exiger.


Chaque équipe responsable d’un séjour peut structurer son action pédagogique comme elle le ressent mais les éléments qui vont être présentés doivent en faire partie.


Le milieu de vie du séjour

Pour nous, le milieu de vie où se passe le séjour est en soi un enjeu pour la qualité du séjour.

Nous voulons un aménagement du lieu d’accueil qui soit adapté aux jeunes, qui soit fonctionnel et accueillant. Un centre propre et bien tenu est un élément incontournable pour l’accueil de nos jeunes. L’alimentation est importante pour nous, la qualité, la variété des produits et l’équilibre n’est pas un objectif mais bien une exigence. Des locaux sécurisés et sécurisants pour permettre à l’enfant d’évoluer dans un cadre rassurant est aussi une priorité.

Nous pensons aussi que l’enfant doit vivre la vie locale. Les activités doivent être construites dans la vie du village avec son environnement proche. Il serait inutile d’accueillir les enfants s’ils ne connaissent pas leur lieu de vie dans sa culture et ses possibilités. Cela passe par la participation à la vie locale, l’utilisation des espaces extérieurs.


Le rythme de vie d’un séjour

Tout séjour à Audesud Vacances doit prendre en compte le rythme de vie, qu’il soit individuel et/ou collectif. Tout enfant peut et doit pouvoir vivre une collectivité adaptée à lui. La vie de groupe peut être pesante pour tout un chacun. Le séjour doit permettre de pouvoir s’isoler un temps pour se ressourcer et se retrouver. Il ne faut pas oublier que s’isoler n’est pas s’exclure. Il doit pouvoir s’écarter le temps qui lui est nécessaire pour mieux ré-intégrer le collectif. La vie de groupe doit être une vie choisie et non subie. Il n’est jamais évident d’avoir une proposition d’activité pour chaque enfant mais nous ne sommes pas pour une programmation non négociable par les enfants. La vie du groupe ne doit pas être un carcan qui efface les individualités. Tout jeune peut agir sur son séjour. Pour que tous puissent échanger sur leurs désirs de vacances, le centre doit organiser à sa manière la prise en compte de sa parole. Cette parole recueillie n’a de sens que si elle se transforme en acte par la suite notamment dans les règles de vie et la programmation des activités de loisirs. Il est bon de rappeler que les enfants doivent se sentir en vacances. De pouvoir prendre le temps de faire et de refaire. De pouvoir se reposer, le droit de dormir. Toute l’année les enfants sont obligés de prendre le rythme scolaire en se levant pour bon nombre d’entre-eux à des heures matinales. Ils doivent avoir la possibilité de se lever de manière naturelle afin de récupérer le manque de sommeil de l’année.


La responsabilité des jeunes sur leur séjour

Il est important d’affirmer que chaque enfant porte une responsabilité sur le déroulement. Pour nous, la responsabilité c’est de pouvoir rendre des comptes sur des choix effectués de manière consciente. L’association des jeunes au séjour fait partie de ce processus. Pour assumer une quelconque responsabilité, il faut laisser le jeune faire des choix et vivre ses choix, sans quoi on ne peut rien lui demander d’assumer. Deux points clefs pour cela, l’accueil du premier jour, l'arrivée. L’accueil est essentiel pour instaurer un climat entre le jeune et le centre. Il est le lien entre sa vie privée et la vie du centre. Il en est de même pour le départ. Celui-ci se prépare avec le jeune afin qu’il ne vive pas la fin du séjour comme une coupure mais bien un prolongement vers le retour chez lui. Il est le temps de faire le point sur son parcours de vacances, ses acquis durant le séjour et l’aider à faire les liens avec son «chez lui». Ce climat de confiance et de bienveillance ne peut que permettre à chaque jeune de pouvoir se sentir à l’aise et évoluer pleinement.


La complémentarité éducative, entre les familles et les séjours.

Les séjours d’Audesud Vacances se situent dans une complémentarité et non une similitude avec la famille de l’enfant. Rompre avec ses habitudes et ses affinités ne veut pas dire une cassure avec sa propre vie. Il implique nos centres dans sa construction d’adulte en devenir. Nous en portons une responsabilité mais le jeune également. Nous avons la charge de poser un fonctionnement qui se différencie de celui de sa famille, de son quotidien. La mise en place d’un projet pédagogique en cohérence avec un projet éducatif garanti le fait de travailler en complémentarité. Nous posons donc la nécessité de penser à un contenu éducatif pour les jeunes; Ceci est de notre responsabilité.

La sienne réside dans le fait de s’impliquer dans celui-ci. De part sa volonté ou non de participer à la vie du centre, le jeune porte aussi une partie de la qualité du séjour.


Le lien avec les familles

Il y a pour nous une importance capitale du travail en amont. L’inscription et les premiers contacts avec son lieu d’origine permettent de mieux cerner les enjeux de l’accueil de chaque jeune. Ses contacts évitent de se retrouver dans des désagréments néfastes pour tout le monde. Il vaut mieux dire non à un enfant afin d’éviter un renvoi sur un séjour. Accueillir un enfant c’est s’engager à lui faire vivre un projet pédagogique adapté. Il est donc primordial de communiquer en amont. Il est évident que ce lien ne s’arrête pas une fois le jeune sur le séjour. Être disponible et attentif est un enjeu majeur pour rassurer les familles. Des parents rassurés rassureront les enfants et inversement. Les contacts durant le séjour sont à penser. Nous porterons une vigilance dans le respect du linge, de l’argent de poche et de la manière dont nous parlerons de leurs familles.

Le retour dans leurs quotidiens se travaillent comme nous l’avons abordé précédemment. Il faut prévoir la possibilité que les familles puissent nous faire des remarques sur le vécu de leurs enfants. Ce sont des éléments qui permettent de faire un bilan sur la qualité de nos projets pédagogiques.


L’implication des équipes d’encadrement

Tout ceci n’est possible uniquement si l’équipe d’encadrement porte aussi le projet pédagogique du séjour. A nos yeux, l’équipe ne se résume pas aux animateurs mais il englobe tous les adultes rattachés au centre; direction, animation, personnel technique. Chacun de sa place agit pour un collectif au service d’une action éducative. Cela passe forcément par un recrutement d’une équipe. La motivation de chacun doit s’inscrire dans les valeurs et le projet d’Audesud Vacances. Cette qualité passe de manière incontournable par une préparation qui prend en compte l’association des personnels dans le projet pédagogique, chacun de sa place; soit dans l’animation ou dans les aspects techniques. Prendre le temps de construire une pensée commune et d’aménager les lieux en fonction. Cette qualité passe également par la mise en place de réunionS durant le séjour. Sans obligation de quotidienneté, elles doivent être assez nombreuses pour évaluer le projet pédagogique et les actions de chacun afin de réguler et d'améliorer le fonctionnement du centre. C’est un espace de travail où la parole de l’adulte comme celle de l’enfant se transforme en acte pour le bien du séjour et des jeunes. Cette qualité passe aussi par les bilans de fin de séjour avec l’équipe d’encadrement afin de faire évoluer le projet dans son avenir. Elle valorise chaque adulte dans son apport pour le séjour et commence à poser les fondations pour le prochain projet pédagogique.

1 Fernand DELIGNY, «Graine de crapule»suivi de "Les Vagabonds efficaces", édition Dunod

 

Comment s'inscrire ?

Audesud vacances vous conseille avant toute inscription de réserver : par...

En savoir plus

Quand doit-on régler le solde d'un séjour ?

Le solde du séjour doit être réglé 15 jours avant le début du...

En savoir plus

Comment mon enfant peut-il arriver sur le centre ?

80% des parents amènent leurs enfants sur le centre choisi. Les Centres de vacances...

En savoir plus

[06.11.2017]

Agenda de vos séjours des vacances à Noël ...

> Lire la nouvelle

[05.09.2017]

Agenda de vos vacances du samedi 21 Octobre au dimanche 05 Novembre 2017

> Lire la nouvelle

[28.04.2017]

 Agenda de vos vacances pour le mois de Juillet 2017

> Lire la nouvelle

[28.04.2017]

Agenda de vos vacances pour le mois d'Août 2017

> Lire la nouvelle

[30.12.2016]

          Nouveaux séjours 2017...

> Lire la nouvelle

[24.03.2016]

    Nouveau: Week-ends à Equifun !

> Lire la nouvelle

les nouvelles | inscriptions | qui sommes-nous | paiement sécurisé | contact | nos liens | suggestions | F. A. Q. | recrutements | plan du site | webmaster
audesud.com copyright 2005 | infos légales | Réalisation Résonance communication